Clubhouse : pour ou contre ?

Clubhouse : pour ou contre ? 👍👎
Alexia
, Cheffe de projet chez Le Monde Change, l’a testé pour vous !

Il y a plusieurs semaines, j’entendais pour la première fois le nom de Clubhouse. A cette période, l’application était présentée comme LE nouveau lieu d’échange favori des milliardaires et entrepreneurs exilés à Dubaï. Cependant, petit à petit, des personnes de mon réseau ont commencé à partager leur avis sur l’application, j’ai donc décidé de la tester pour ne pas mourir idiote !

Toute excitée, je télécharge l’application mais suis brutalement rattrapée par la réalité. Le très select’ Clubhouse n’est  accessible que sur invitation. N’ayant pas envie de quémander, je ferme l’application un peu déçue. Petit aparté : pour l’heure, l’application n’est proposée que sur IOS. Il faut donc obligatoirement se rendre sur l’App Store pour la télécharger. 

Deux semaines plus tard, je reçois la tant attendue notification qui m’indique que quelqu’un a accepté ma demande d’entrée, je ne suis que joie ! Je remercie au passage Guillaume LeProvost, client de l’agence et Responsable E-Commerce du Groupe Kuoni, qui a eu la gentillesse de m’ouvrir les portes de Clubhouse 🙏

Comment ça marche ?

Nom, Prénom, photo, biographie, centres d’intérêts, je complète mon profil façon LinkedIn et débute l’aventure. En quelques clics, je fais le tour de l’application et découvre ses fonctionnalités : l’accueil qui recense les conversations en cours, un espace pour voir les personnes disponibles pour discuter, une rubrique me proposant les conversations à venir, une zone pour les notifications, sans oublier l’accès à mon profil. 

Tout est relativement intuitif ce qui en fait un endroit très facile à explorer. Pour accéder à une conversation, je n’ai qu’à cliquer dessus. J’entre alors dans une “room” où je peux écouter des intervenants échanger. Quel intérêt quand on peut par exemple écouter la radio ou un podcast me direz-vous ? Et bien, là où l’app est intéressante, c’est qu’elle vous donne la possibilité d’intervenir. Les modérateurs de la room peuvent accepter votre demande et vous faire monter on stage, vous devenez alors speaker et pouvez échanger en live avec les autres orateurs présents.

Le plus complexe finalement, c’est de se faire au jargon et aux habitudes des utilisateurs de l’application : on crée une room pour discuter d’un topic, on monte on stage, on se mute quand les autres speakers parlent, on peut être banned si on ne respecte pas les autres, on applaudit en activant et désactivant plusieurs fois son micro, etc. Cela nécessite néanmoins d’être assez à l’aise en anglais…

Les sujets sont-ils intéressants ? 

Et bien, il y en a pour tous les goûts. Même s’ils sont encore majoritairement liés à des thématiques digitales et/ou professionnelles, de plus en plus de rooms abordent d’autres thèmes comme le développement personnel, l’apprentissage des langues, l’alimentation, le sport, etc. N’importe qui peut créer sa room, seul.e ou à plusieurs, pour échanger sur ce qui l’anime, poser ou répondre à des questions et c’est dans ça que réside la force de l’application.

Clubhouse met plus ou moins tout le monde sur un pied d’égalité. Vous pouvez à tout moment vous retrouver dans une room à discuter avec des influenceur.euse.s, des journalistes, des écrivain.e.s, des animateur.rice.s radios, et j’en passe. L’application donne la parole à tout le monde et rapproche des gens qui, à la base, n’étaient pas forcément destinés à se rencontrer.

Evidemment, tout n’est pas tout beau tout rose. Enfin… En lisant les biographies des Clubhousers on pourrait quand même le croire. Sur l’application, tout le monde se présente comme le.la CEO de 5 startups, une personne open-minded, un.e free spirit passionné.e par la vie et les autres, etc. Je dois avouer qu’en découvrant tout ça, mon égo en a pris un coup et que j’ai vite modifié ma description et ma photo pour avoir l’air plus friendly et rentrer dans le moule.

J’en arrive aux travers de l’application ❌

Sur Clubhouse, les early adopters, comprenez les premiers à être arrivés sur l’application, sont déjà suivis par des centaines, voire des milliers de personnes. On les retrouve dans presque toutes les rooms, et tous les jours. Quand ils arrivent dans une room, on les fait monter on stage comme des célébrités alors que d’autres personnes attendent déjà depuis 20 minutes de pouvoir prendre la parole. Au fil des jours, j’ai remarqué que finalement, les speakers étaient souvent les mêmes et qu’ils étaient devenus les nouveaux influenceurs made in Clubhouse.

Parlons de la prise de parole. Est-ce facile de monter on stage ? Je vous dirais “ça dépend”. Entrez en premier.ère dans une room et vous aurez sûrement la chance d’être directement intégré.e sur la scène. Certaines rooms sont devenus des rendez-vous quotidiens suivis par des centaines de personnes, il est donc beaucoup plus difficile d’intervenir. Et si vous y parvenez, il est possible, si jamais vous n’avez pas grand chose d’intéressant à dire, que vous soyez gentiment renvoyé.e parmi les listeners.

Shhhh Shut Up GIF by swerk

Y a t-il des débordements ?

Pour l’instant, je n’ai pas assisté à des rooms où règne l’anarchie et dans lesquelles les gens se coupent sans cesse la parole, mais il est vrai que tout le monde y va de son propre avis. A tel point que “Je rebondis” est très vite devenue l’expression la plus utilisée, avant d’être tout simplement bannie pour usage excessif.

Récemment, on a vu également des rooms plus politiques se créer, je pense notamment à la room “Les Incorrectibles” qui a récemment invité Marion Maréchal à discuter de la liberté d’expression. Le 13 février dernier, le milliardaire Elon Musk invitait même sur Twitter Vladimir Poutine à se joindre à une discussion sur l’application, mais l’invitation est pour le moment restée sans réponse.

L’un des pièges qu’il est important de citer est sans doute l’addiction. Si vous étiez déjà accro à votre smartphone, ClubHouse ne vas rien arranger. En effet, l’application vous donne accès à la connaissance, vous permet de faire de la veille et ce à presque n’importe quel moment de la journée grâce à des dizaines de rooms. Je ne parle même pas de ceux qui sont en télétravail et qui enchaînent les rooms toute la journée par peur de rater quelque chose. Le concept de FOMO (fear of missing out), à traduire par “la peur de rater quelque chose”, est d’autant plus important sur ClubHouse car il n’existe pas de replay pour réécouter les rooms.

homer simpson fear of missing out GIF

Quel avenir pour l’application ? 🔮

Il faut rappeler que la version actuelle de l’application est temporaire, une bêta en quelques sortes, et gratuite. Tout le monde se demande si, ou plutôt comment, Clubhouse va se développer. 

Le modèle économique le plus plausible est, selon moi, la mise en place d’un système proche de celui de Twitch, la plateforme de streaming reconnue dans l’industrie du gaming. Les speakers auraient la possibilité de monétiser leurs rooms et de créer des partenariats avec des marques. Des rooms premium pourraient voir le jour et n’être accessibles qu’avec un abonnement payant, on pourrait imaginer des systèmes de dons pour soutenir les speakers, des concerts accessibles depuis votre smartphone, bref, tout est envisageable.

Il est intéressant de mentionner que la COVID est probablement en partie responsable du succès de l’application. Nous sommes nombreux à encore travailler à domicile et à manquer cruellement d’interaction sociale. Quoi de mieux que Clubhouse pour interagir avec des personnes et être réconforté.e par la chaleur de plusieurs voix humaines. Beaucoup se demandent si l’application continuera à être autant utilisée lorsque nous pourrons revenir à notre vie d’avant. Seul l’avenir nous le dira !

Comment obtenir une invitation Clubhouse ?

Comme expliqué précédemment, l’application fonctionne pour le moment via un système de parrainage. Chaque nouvel.le utilisateur.rice reçoit deux invitations qu’il.elle peut distribuer comme bon lui semble. Ces dernières étaient tellement rares au début que des petits malins les vendaient jusqu’à 200 dollars sur le web. 

Si comme moi vous préférez attendre sagement, vous pouvez télécharger l’application, vous mettre sur liste d’attente et y réserver le pseudo qui vous sera attribué une fois que Clubhouse vous ouvrira ses portes.

LIRONA love design wine get GIF

Est-ce que je recommande l’application ? 👍👎

Si vous travaillez dans la communication, je vous recommande vivement de la tester quelques jours, ne serait-ce que pour ne pas passer pour des incultes devant vos client.e.s qui y seront peut-être bientôt inscrit.e.s. C’est une façon très simple de se renseigner sur différents sujets, de faire de la veille et de confronter vos points de vue, sans même avoir à lire ou écrire quoi que ce soit. Un beau gain de temps si vous parvenez à écouter et travailler en même temps !

Si vous avez une vraie stratégie de personal branding, je vous invite évidemment à vous créer un compte puisqu’il s’agit de the place to be du moment. Les Clubhousers sont plutôt sympathiques et ne rechignent pas à vous suivre dès qu’ils vous voient apparaître dans la même room qu’eux, et certains vont jusqu’à s’abonner à vos autres réseaux (Twitter, Instagram, LinkedIn..), d’où l’importance d’une biographie bien renseignée.

Je pense pouvoir parler au nom de l’agence en disant que l’application a de beaux jours devant elle. En tout cas chez LMC, elle apparaît déjà dans nos recommandations stratégiques 😊