LMC, COVID et autres confinements

L’an dernier, à la même époque, nous retrouvions également un goût de liberté. Les commerces, les bars et restaurants, les lieux culturels étaient à nouveau ouverts pour le plus grand bonheur de la population française.
Nous voici au mois de juin 2021, espérant le clap de fin de cette période, à la fois inédite et difficile à comprendre, que nous venons de traverser. Il fait beau, le soleil nous aide à y croire ! ☀️

Cette période a mis en évidence de nombreux paradoxes

Depuis plus d’un an, on nous parle d’accélération du temps alors que nous avions pourtant l’impression d’être au ralenti, comme si ces confinements et déconfinements à répétition nous avaient fait perdre la notion du temps. 15 personnes ont même été jusqu’à s’enfermer pendant 40 jours dans une grotte en Ariège pour le vérifier (petit clin d’œil à notre client François Mattens du GICAT)

Nos banques se sont avérées compréhensives et disponibles ! Le télétravail s’est mis en place et nous a permis de revoir nos clients extrêmement facilement alors que nous ne pensions pas les revoir de sitôt… parfois même un peu trop, au point de ne plus avoir le temps de travailler !

Et alors que l’hypothèse que nous soyons à nouveau confinés paraissait improbable, chacun a goûté à une qualité de vie différente qu’il compte bien conserver à l’avenir. Les services en ligne se sont avérés une aubaine pour la plupart des secteurs d’activités, réconciliant les plus sceptiques avec le grand et redoutable Internet ! L’UX/UI a gagné en maturité notamment grâce à un usage accentué des services et produits digitaux.

Dimanche 15 mars 2020

Suite aux annonces du gouvernement, l’ensemble de notre équipe recevait, le dimanche 15 mars 2020, un mail indiquant qu’elle ne pourrait plus venir travailler sur place jusqu’à nouvel ordre. Contrairement à d’autres structures, le télétravail faisait déjà partie de la politique de l’agence, mais n’était mis en place qu’occasionnellement.

Certain.e.s de nos salarié.e.s n’avaient à l’époque qu’un ordinateur de bureau et ont dû se rendre à l’agence durant quelques temps (et avec une attestation), mais ont pu rapidement bénéficier du matériel nécessaire pour travailler sereinement et dans de bonnes conditions depuis chez eux.

“Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ?”

Ce fut LA question des premiers jours ! Comment continuer à gérer les projets et les équipes en étant tous séparés les uns des autres ? Combien de réunions faudrait-il organiser par jour ? Notre activité allait-elle être massivement impactée ?

Il était essentiel de garder le lien entre tous les membres de l’équipe, nous avons notamment maintenu notre réunion de production du lundi matin, essentielle à la gestion des projets, mais également notre petit déjeuner du jeudi matin pour continuer notre veille hebdomadaire et échanger de façon informelle sur des sujets d’actualité. Quelques apéros zoom du vendredi midi se sont également ajoutés par-ci par-là pour remplacer les déjeuners aux restaurants qui nous manquaient cruellement 😉

L’impact du covid sur notre équipe

Si le télétravail était plutôt agréable au début, il a pu devenir pesant au fil du temps : solitude, manque d’interactions sociales, de contact humain, difficultés à séparer vie professionnelle et vie personnelle, etc. Cette situation inédite n’a été facile pour personne, mais nous avons pu compter les uns sur les autres pour tenir le cap.

“Une des choses qui m’ont le plus manqué (parmi l’ensemble) durant le premier confinement (le “dur”), est d’abandonner ma moto pour les trajets quotidiens entre la maison et l’agence. Cela fait (pour moi) partie du process de “déconnexion” (tout est relatif !) de la vie perso / vie pro. – Olivier

“Même si le télétravail n’a pas été un bouleversement pour toute l’équipe, j’ai ressenti un manque de relations humaines, d’échanges anodins ou importants, de blagues,… qui font partie de l’âme de l’entreprise.” – Vanessa

“Je dirais que cela nous a permis de découvrir une nouvelle façon de travailler. Et, car il faut voir du positif dans tout cela, nous avons la chance de vivre une des rares révolutions du monde du travail et d’être parmi les acteurs (involontaires) de ce changement.” – Steve

“Le télétravail, pour moi, c’était de retrouver mes repères. J’ai dû me réorganiser, trouver les moments de décompressions entre la vie pro et perso, sans changement de décor. Une fois que j’ai compris que le télétravail pouvait apporter bien des avantages, j’ai réussi à prendre un rythme, qui m’a rendu plus efficace dans mon travail (et dans ma vie en général !). Je pense qu’il y a des leçons à tirer de ce nouveau mode de travail pour optimiser sa journée et trouver son équilibre.” – Maëlenn

Par envie de bien faire et un peu effrayée par la situation, j’ai mis mon temps personnel en “stand by” au début du premier confinement : déjeuners un peu trop rapides, pauses quasi inexistantes, […] je me suis inutilement imposé un rythme de travail plus soutenu que d’habitude. Avec le temps, j’ai réussi à trouver un équilibre qui impacte moins ma vie personnelle et qui me permet d’être tout aussi performante en télétravail.” – Alexia

L’heure du bilan 

Malgré les difficultés rencontrées, nous avons maintenu la totalité des emplois de l’agence et avons mis en place un rythme alternant télétravail et présentiel.

Notre bilan financier reste positif en exploitation et en trésorerie, la plupart des projets ayant surtout été décalés. Évidemment les projets perdus sont ceux pour lesquels le présentiel était indispensable, mais les tournages ont repris pour le plus grand bonheur de notre pôle audiovisuel, et nous aurons bientôt le plaisir de tous venir un jour de plus à l’agence.

Notre métier comprend une part importante de contact, d’affect, d’émotion, d’humain, cette période l’a mise un peu plus en évidence. C’est cet équilibre entre le meilleur des technologies et l’irremplaçable contact humain que nous nous efforçons de trouver, de conserver et de réinventer chaque jour et pour chaque projet… que du bon sens, non ?

Pour nous, l’essentiel de cette année a été de ne pas se perdre parmi tous ces paradoxes. Parce que oui, le monde change, mais il ne faut pas pour autant oublier l’importance de ce “bon sens” dont parlaient nos grands-parents et qui s’avère tellement d’actualité !